Forum test Soko

.
 

Partagez|

Nice to see you again • Ciaràn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Nice to see you again • Ciaràn Mar 13 Juin - 9:53


       
Ciaràn & Eden
       
       
I'm the one who wants to love you more.
       
En quittant mon travail ce matin, je savais que mon après-midi allait être bien. Parce que j’allais aider une association, comme je le faisais souvent. J’étais bénévole dans une association qui venait en aide aux sans domicile dans le quartier Est, celle-là même qui m’avait aidé quand j’avais fugué de ma famille d'accueil il y a maintenant bien des années. Peu de gens dans l’association savait que j’avais un jour bénéficié de leur aide car il y avait beaucoup de turn-over parmi les bénévoles. Il y avait bien cette vieille dame cependant avec qui je discutais souvent et qui se souvenait de moi. On en rigolait maintenant, sachant que rares étaient les personnes à sortir facilement de la rue. Mais j’avais quand même tendance à cacher mon passé de sans domicile. Non pas que je n’en étais pas fière, il avait fait de moi la femme que j’étais aujourd’hui mais parce que ce n’était pas toujours évident pour moi d’en parler. Après tout, je n’aimais pas spécialement parler de ma famille biologique entre mon père alcoolique violent et ma mère qui ne s’intéressait que peu à moi. C’était pour ça que j’avais fui un jour alors que je n’avais que quinze ans, pour que l’on s’intéresse enfin à moi. J’avais vécu deux ans dans la rue avant de finalement trouver un foyer qui avait accepté de m’héberger pendant quelques temps. Et j’étais finalement tombée sur la famille Hill qui m’avait accueillie puis adopté.

Arrivée dans les locaux de l’association, je ne pus empêcher un grand sourire de se peindre sur mon visage. Mon amie était présente et je me précipitais vers elle. Elle sourit également en me voyant et s’étonna de ne pas m’avoir vu plus souvent ces derniers temps. Il était vrai que cela faisait bien trois semaines que je n’avais pas mis les pieds à l’association. Mais mon amie connaissait aussi mes problèmes de couples avec mon fiancé et je n’eus qu’à lui faire un regard pour qu’elle comprenne. J’essayais de sauver mon couple même si parfois, j’avais l’impression que c’était mission impossible. Alors, j’avais eu envie de passer plus de temps en compagnie d’Ethan, pour essayer de recoller les morceaux. Il n’y avait encore que peu de personnes, que cela soit dans les effectifs des bénévoles que parmi les personnes que nous accueillons pour l’après-midi. Mais je connaissais la plus part des personnes déjà présentes. Par exemple, il y avait cet ancien père de famille, vétéran de l’armée et qui avait été quitté par sa femme quand il était revenu traumatisé d’une mission. Ou encore cette femme qui, suite à un licenciement, c’était retrouvé à la rue et qui depuis vivait de petits boulots. La misère du monde s’étalait sous mes yeux et j’essayais toujours d’accorder un petit peu d’attention à chacun, comme on l’avait fait pour moi quand je m’étais retrouvé à leur place. Je finis par aller m’asseoir à une table avec ma tasse de café à la main, regardant les personnes autour de moi. J’avais toujours aimé faire ce genre de chose et ce n’était pas près de changer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Mar 13 Juin - 9:54

nice to see you again
Eden&Ciaràn
Ah ! S'il en est un dans les cieux qui ait jamais veillé sur toi, que devient-il en ce moment ? Il est assis devant un orgue ; ses ailes sont à demi ouvertes, ses mains étendues sur le clavier d'ivoire ; il commence un hymne éternel, l'hymne d'amour et d'immortel oubli.

Pour Ciaràn, chaque journée était différente. Chaque réveil était synonyme de nouveauté, de nouvelle affaire ou de nouvelle vie à sauver. Agent de police depuis quelques années déjà, le jeune homme avait parcouru un long chemin. Une route sur laquelle il avait rencontré beaucoup de criminels mais encore plus de victimes. Il avait vu de ses yeux la violence, avait souffert parfois. Il donnait chaque jour un peu plus de sa personne sans rien demander en retour. Un simple regard ou un simple merci lui suffisait à illuminer sa journée. Membre des stups, Ciaràn trouvait sa force dans le bonheur qu'il lisait dans le regard des familles à qui on rendait un proche, dans le plaisir qu il avait à menotter chaque suspect pour le mettre hors d'état de nuire. Le jeune homme n'était pas devenu flic par hasard. C'est en assistant au braquage d'un supermarché qu il avait découvert sa vocation. Mais c'est sans doute Jazz, sa petite sœur qui l'avait poussée à intégrer la brigade des stups.

Depuis le décès de leur grand-père, Jazz avait choisi un mauvais tournant dans sa vie. Naïve et amoureuse elle avait suivi son petit ami qui l'avait initié à la drogue et autres substances illicites qui l'avaient conduite tout droit en enfer. À vrai dire ni Jazz ni aucun de ses frères n'avait eu une vie aisée. Ciaràn n'avait pas de père ce dernier ayant pris la fuite en apprenant son existence, Jazz et Jayden n'avaient pas eu plus de chance puisque leur père avait fini par battre leur mère a mort. Tous les trois avaient donc été élevés par leur grand-parents avant que leur grand-mère ne soit emportée par le cancer suivie par leur grand-père, ultime famille qui leur restait. Si Ciaràn n'avait pas de parfaites relations avec son frère, ce n'était pas le cas avec Jazz qu'il avait aidée à remonter la pente en lui offrent protection, chaleur et soutien lors de ses diverses cures de désintoxications. Repentie depuis lors, on lui a décelé depuis quelques années un cancer du sang, qui selon les médecins aurait été induit par l'utilisation des drogues, mettant à mal son système immunitaire. C'est cette expérience familiale douloureuse qui l'avait poussé à quitter les mœurs pour rejoindre les stups.

Aujourd'hui encore, Ciaràn donnait de sa personne pour venir en aide aux victimes. En effet, cela faisait désormais deux mois qu'il était infiltré dans le cadre d'une nouvelle enquête sensible concernant un traffic de drogue mélangée à des produits chimiques qui avait coûté la vie à trois adolescents et deux autres étant encore entre la vie et la mort. Leur pistes avançaient très sérieusement grâce à l'infiltration de Ciaràn dans un centre d'hébergement de SDF. Le jeune homme se donnait d'ailleurs à fond dans cette enquête puis qu'il avait littéralement adopté la vie d'un SDF. Il vivait dans la rue, vêtu de vêtements déchirés et sales et dormait parfois dans le centre parfois ailleurs. Cette expérience lui avait permis d'obtenir pas mal d'informations, de voir la vie au centre. De percevoir la détresse des SDF et de vouloir s'impliquer d'avantage pour eux. Impliqué dans des causes justes, il était lui même bénévole dans un orphelinat où il passait régulièrement du temps avec les enfants autour d'activités telles que le sport. Mais son infiltration lui avait surtout permis de faire des rencontres inoubliables dont celle de Stuart un ancien US Navy nord africain de 52 ans réorienté en cuisiner suite à une blessure invalidante. Il était devenu SDF suite à la perte de son emploi. Ancien alcoolique, il avait surmonté son addiction seul et avait été d'une précieuse aide à Ciaràn au début de son infiltration, sans lui il aurait sans doute été passé à tabac dans les premiers jours. Unis et amis, Ciaràn s'était promis de le sortir de ces murs et de l'aider à se réintégrer dans la société en lui dénichant un job correct et un logement. Mais il craignait avant tout sa réaction lorsqu'il apprendrait sa véritable identité.

Pour tous les SDF du centre, Ciaràn White était un jeune homme fraîchement licencie d'une société de construction en faillite. Pour Eden aussi d'ailleurs. Eden était sans aucun doute le coup de cœur de Ciaràn. La jeune femme était bénévole depuis quelques années déjà, c'est d'ailleurs elle qui avait accueilli Ciaràn à son arrivée. Hors de ces murs, le jeune homme avait par ailleurs appris le passé tourmenté de la jeune femme, passe semblable au sien. C'était pour cette raison qu il s'y était attaché. Ils avaient de nombreux points communs et Ciaràn la protégeait dans l'ombre afin de ne pas compromettre son infiltration. La jeune femme était d'une douceur infinie et terriblement attachante. Elle était la préférée de tous dans le centre pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Cela faisait quelques semaines déjà que Eden n'était plus venue au centre. Inutile de dire combien Ciaràn était inquiet à l'idée qu'il lui soit arrivé malheur. Il avait eu vent de ses problèmes de couple mais s'était empressé de demander à ses collègues de s'assurer qu elle allait bien, en leur demandant une petite visite de courtoisie pour une fausse raison invoquée à savoir la recherche d'un témoin concernant un vol de voiture. Fort heureusement, assis dans la cantine, Ciaràn fut ravi de voir la jeune femme arriver, saine et sauve et surtout plus belle que jamais. Son café en main, il se levait pour approcher de la jeune femme sans oser s'asseoir face à elle tant qu elle ne l'y aurait pas invité. "Tiens donc. On était nombreux à se demander où vous étiez passée. On était inquiet. Ça fait plaisir de vous voir en forme." Lâchait il en souriant à la jeune femme.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Mar 13 Juin - 9:55


     
Ciaràn & Eden
       
       
I'm the one who wants to love you more.
     
Venir à l’association m’avait manqué plus que ce que j’aurais pensé. Après tout, j’y faisais toujours de belles rencontres et cela me sortait de mon quotidien d’avocate. Je retrouvais une place un peu plus humaine, à me rendre utile. Je l’étais dans mon métier mais avocat n’avait pas réellement quelque chose d’humain quand il s’agissait de défendre une entreprise. On ne voyait que les bénéfices à protéger et pas la souffrance des gens. Même si je n’avais pas à me plaindre avec la société dans laquelle j'étais. Après tout, c’était une entreprise très humaine, la seule à m’avoir donné ma chance à la sortie de l’école. Toutes les autres m’avaient tourné le dos sous prétexte que je n’avais pas assez d’expérience. Mais si on ne me donnait pas ma chance, je ne pouvais pas me faire de l’expérience. Le grand problème pour les jeunes actuellement. Mais je ne comptais pas travailler pour une entreprise toute ma vie. Mon rêve, c’était le tribunal de Toronto, plaider de grandes affaires pour défendre la cause de la société. J’avais d’ailleurs été contacté par eux il y a quelques jours et je réfléchissais toujours à leur proposition. Mais j’avais dans l’idée que j’allais accepter, que je ne pouvais pas passer à travers une telle opportunité de carrière. Mais je n’étais pas venu à l’association pour penser au travail.

Beaucoup vous diront que travailler avec la misère humaine devait être difficile, que les gens n’avaient pas forcément envie d’être aidés. Les préjugés ont parfois la vie longue si je pouvais le dire ainsi. Après tout, nous ne forcions personne à venir dans les locaux de l’association, ce n’était que sur envie. Et si les personnes n’avaient pas envie de rester plus longtemps que pour prendre un bol de soupe ou prendre une douche, c’était leur choix. Mais généralement, les personnes que nous prenions en charge venaient parce qu’ils avaient surtout besoin de parler, d’avoir une oreille attentive pour écouter. Cela revenait souvent dans les remerciements que nous pouvions avoir de la part de certaines personnes. Notre écoute et notre disponibilité. De plus, certains avaient également la chance pour pouvoir dormir confortablement certaines nuits car l’association avait aménagé comme un dortoir pour les nuits un peu plus froides. Surtout que nous étions à Toronto alors les nuits étaient plus souvent glaciales que froide en ce moment. Assise à une table, buvant mon café, je ne pus que sourire au jeune homme qui vint me rejoindre. « Bonjour Ciaràn. Asseyez-vous, ne restez pas debout. » Ce jeune homme, je l’aimais bien. Je l’avais accueilli lors de son arrivée au centre et c’était un quelqu’un que j’appréciais. Il avait toujours le petit mot pour remonter le moral et pour faire rire. Et il avait toujours tendance à s’inquiéter plus pour les autres que pour lui-même. On aurait pu croire que cela aurait été plutôt l’inverse mais non. Je ne pus que lui sourire. « J’étais loin de me douter que vous étiez tous inquiets. Je m’en veux, j’aurais dû faire passer le mot… » Mais en même temps, que dire… Les gens autour de moi avaient déjà suffisamment de problème comme ça, je ne voulais pas en plus leur parler des miens. Ils étaient tellement insignifiants comparés à ce que j’avais l’habitude de voir ici que j’en venais à culpabiliser d’avoir des soucis dans mon couple. Quand je voyais ce qu’il se passait autour de moi, je devrais me dire que ce qu’il se passait avec Ethan était ridicule mais je n’y arrivais pas. « Alors, dites-moi, comment allez-vous? » Après tout, j’étais là pour ça, pour être une oreille attentive et pas pour inverser les rôles. Après tout, mes problèmes de couple n’étaient un problème pour personne dans le centre. Combien de fois je m’étais disputé avec mon fiancé au téléphone dans les locaux… Trop souvent pour que cela passe inaperçu.

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Mar 13 Juin - 9:56

Eden était un coup de coeur pour Ciaràn. Avant même d'entrer en filature, le jeune homme avait eu vent de quelques infos pratique pour l'aider à s'intégrer plus facilement dans le rôle qu'il devait jouer. Il s'était donc renseigné sur le fondateur, les bénévoles, certains SDF et toute autre personnes qu'il était susceptible de rencontrer dans les locaux du refuge. C'est de cette façon qu'il avait appris l'enfance et l'adolescence difficile de la jeune femme, qui faisait écho à son propre passé. Avant même son arrivée, Ciaràn savait qu'il allait protéger cette fille durant toutes les opérations. Son coup de coeur là bas était évident, ses collègues le charriaient d'ailleurs par moment. Il savait pourtant que la jeune femme était fiancée, mais il se permettait parfois de voir plus loin parce que de toute évidence, son couple battait de l'aile depuis quelques mois déjà. Cependant, il ne savait pas le moins du monde que Eden était fiancée à l'un de ses collègues, issu d'une autre brigade. A vrai dire, ils ne se connaissaient parfois que de nom.
Dès leur recontre, Ciaràn avait été touché par la beauté de la jeune femme, et bien qu'elle le cache, il ressentait toute sa souffrance et sa sensibilité, ce qui l'avait attiré un peu plus vers elle. Elle l'avait aidé plus que personne, et à vrai dire, il trouvait toujours une occasion pour discuter avec elle. Ciaràn en avait d'ailleurs profité qu'elle s'installe pour venir la saluer. Il se servait à son tour un café, avant de s'asseoir à la demande de Eden. Ciaràn ne jouait pas dans la demi mesure, il était totalement infiltré et à vrai dire, personne n'aurait pu mettre en doute qu'il puisse être autre chose qu'un SDF. La veste et le jean troué, les vieilles baskets, la barbe mal rasée, il avait tout d'un parfait SDF. Il souriait doucement à la jeune femme comme à chaque fois. Il avait souvent l'impression de délaisser sa filature quand il était avec elle, mais après trois semaines, la jolie brune lui avait quand même manqué. « C'est gentil, merci » dit il, avant de prendre place face à elle, non sans lui décrocher l'un de ses plus beau sourire en coin. Il buvait alors une gorgée de son café chaud avant de relever le regard vers elle « Y'en a certains qui ont pensé que vous aviez arrêté le bénévolat. Mais je savais que vous reviendriez. Vous avez ça dans la peau, ce besoin d'aider les gens dans le besoin. Ca se voit ... » Dit il, de nouveau tout sourire. A vrai dire, Ciaràn n'avait pas grand chose à dire cette fois. Alors il en profitait littéralement pour changer le sujet de leur discussion. Il déposait alors son café sur la table et se penchait vers elle. « Je vais bien comme à chaque fois. J'ai trouvé un petit job qui me permet de m'acheter quelques vêtements en seconde main, et offrir des chocolats pour l'anniversaire de Stuart et pour remonter le moral de ma soeur, qui combat toujours son cancer. » Lâchait il en esquissant un léger sourire, dans cette demi vérité. « Mais d'ailleurs, on parle souvent de moi, vous en savez d'ailleurs pas mal à mon sujet, mais moi je ne sais rien de vous... Vous êtes toujours une oreille attentive pour tout le monde ici, mais vous personne ne vous écoute. Alors pour une fois j'ai envie de changer ça. Parlez moi de vous. J'ai entendu dire qu'on vous avait vu pleurer après une discussion houleuse au téléphone... J'espère que ce n'est rien de trop grave... » dit il avant de se replacer contre le dossier de la chaise, toute ouie. Il aimait beaucoup discuter avec elle, il avait toujours envie d'en savoir plus sur elle, chaque jour. Bien que cette manie de se vouvoyer l'ennuie de plus en plus. « D'ailleurs ça vous dérange si on se tutoie ? Parce que ça fait quand même quelques mois qu'on se connait et pour être franc, j'ai déjà eu du mal à passer le cap des trente ans, et le vouvoiement j'ai l'impression que ça me vieilli encore plus. » Lâchait-il dans un rire franc. Il buvait alors un peu de son café en grignotant quelques biscuits mis à disposition eux aussi. Il allait sans doute en profiter ensuite pour prendre une douche, parce que bon, il n'avait pas pour habitude de trainer dans des vêtements sales, bien qu'il joue son rôle à fond. « Alors comme ça vous êtes avocate ?! » Demandait-il en hochant la tête. A vrai dire, il avait de la chance de ne pas avoir grillé sa couverture parce qu'il connaissait quelques avocats qui avaient l'habitude de venir dans leur locaux. « Vous avez une spécialisation dans un domaine particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Mar 13 Juin - 9:56

Assise seule à ma table, je pris le temps d’observer les gens qui m’entouraient. Je me revoyais à leur place, il y a quelques années maintenant, perdue dans un monde trop grand pour moi. Cette association avait été ma bouée, ce qui m’avait fait garder la tête hors de l’eau et jamais je ne pourrais complètement les remercier de ce qu’ils avaient fait pour moi. Faire du bénévole n’était qu’une façon comme une autre de le faire mais ce n’était pas suffisant pour moi. Grâce à eux, j’avais trouvé un foyer puis une famille qui m’aimait pour ce que j’étais. Et même si ma vie n’était pas totalement rose en ce moment avec ce que je vivais concernant mes fiançailles, sans eux, je ne serais certainement jamais arrivé jusque-là. Alors que je réfléchissais à cela, je fus soudain rejointe par Ciaràn White, un bénéficiaire de l’association. Je me souvenais parfaitement de son arrivée à l’association et de la première impression qu’il m’avait faite. Une bonne impression sinon il était clair que jamais je ne serais là à parler avec lui. Mais il avait tellement bien pris les habitudes des sans-abris que j’étais loin, très loin de me douter de qui il était réellement. Pour moi, il était un SDF parmi tant d’autres même si j’avais en quelque sorte une relation privilégiée avec lui. C’était moi qui lui avais expliqué comment fonctionnait le centre, qui l’écoutait me parler de sa famille. C’était un jeune homme que j’appréciais beaucoup et j’espérais bien le voir sortir un jour de la rue. Parce que ce n’était une vie pour personne que de ne pas savoir où dormir et vivre au jour le jour. Je lui demandais donc de s’asseoir en face de moi pour que l’on puisse discuter. Il m’apprit alors que la plus part des SDF accueillis c’était demandé ce que je devenais, allant même jusqu’à penser que j’avais arrêté. Cela ne m’avait jamais effleuré l’esprit d’arrêter. Je ne pus que sourire quand Ciaràn ajouta que cela se voyait que j’avais cela dans la peau et il avait parfaitement raison. Il avait réussi à me cerner assez facilement, je devais le reconnaître. Je l’écoutais me parler de ce petit boulot, contente qu’il se soit un peu remit le pied à l’étrier. C’était souvent le plus difficile à faire, retrouver un travail. Même si ce n’était pas super bien payé, c’était toujours ça de pris et puis, cela ouvrai de nouveaux horizons. « Stuart en sera ravie, tout comme votre sœur j’imagine. » Je bus une gorgée de mon café alors que le jeune homme en face de moi ajouta que maintenant, on allait parler de moi. J’eus un petit sourire en me rendant compte qu’il n’y avait pas grand-chose à dire sur moi, que je n’étais qu’une personne comme une autre qui avait des problèmes de couple. Rien de bien dramatique comparé à ce que les gens autour de moi pouvaient traverser. Il me parla alors de ma discussion houleuse au téléphone et je ne pus que faire la grimace. J’aurais préféré que cet évènement ne soit pas connu mais j’avais oublié que dans les locaux de l’association, les murs avaient des oreilles. Je haussais alors les épaules en reprenant un peu de café. « Oh trois fois rien. Une dispute avec mon fiancé, comme assez souvent ces derniers temps… » Je reportais mon regard sur le jeune homme quand il proposa alors de se tutoyer. Il était vrai que nous ne devions pas avoir une grande différence d’âge et que cela faisait bizarre de se vouvoyer. Mais en même temps, c’était dans les usages de l’association. Mais je devais reconnaître que le jeune homme n’était pas un bénéficiaire comme les autres, il avait ce quelque chose de plus qui faisait que j’appréciais discuter avec lui plus qu’avec n’importe qui d’autres. Alors au diable les principes. Au pire, je me ferais taper sur les doigts et encore, ce n’était pas l’autre bénévole qui allait rapporter que je tutoyais un des sans-abris présents. Je ne pus retenir un sourire quand le jeune homme se mit à rire. Il avait ce rire communicatif qui me redonnait toujours le sourire quand je pensais l’avoir perdu. « Pas de soucis pour le tutoiement, ça me va. » Je pris quelques biscuits dans la petite boite près de nous avant d’entendre Ciaràn parler de mon métier. S’il y avait bien une chose que j’adorais, c’était mon métier. Je pourrais en parler des heures, surtout depuis que j’avais eu la proposition qui me faisait rêver jour et nuit. Je hochais alors la tête, un grand sourire aux lèvres. « Effectivement, je suis avocate. Je n’ai pas de spécialité à proprement parlé parce que pour le moment, je travaille pour une entreprise privée mais j’ai eu une proposition de poste au sein du tribunal de Toronto pour un poste au sein des affaires pénales. C’est le poste qui m’a fait devenir avocate mais il n’était pas disponible quand je suis sortie de l’école. Je suis encore en train de réfléchir mais je pense que je vais accepter. » Comme dit, je pouvais en parler pendant des heures. Surtout de cette opportunité d’officier en tant qu’avocate aux affaires pénales. Faire ce que l’on voit dans les films, les grandes plaidoiries, mettre des criminels derrière les barreaux pour très longtemps avec l’appui de la police. Qui ne voudrait pas faire ce job?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Mar 13 Juin - 9:57

Ciaràn observait beaucoup les bénévoles et SDF présent dans le centre. C'était son travail, mais il devait avouer qu'il portait une attention particulière à la jeune femme. Elle lui plaisait plus qu'il ne l'osait l'avouer. Il savait pourtant qu'elle était fiancée, mais aux dernières nouvelles, elle n'était pas heureuse. En fait, ça se voyait même comme le nez au milieu du visage qu'elle ne l'était pas, alors il avait peut-être une ouverture possible, même s'il risquait très clairement de tout perdre lorsqu'elle apprendrait sa véritable identité. Il avait été pourtant sincère avec elle, depuis le début. Il lui avait confié énormément de chose, des choses véridiques sur son passé, sur sa vie. Il avait "juste" omis de parler de son véritable travail, mais il savait que c'était aussi pour son bien, parce qu'il parlait de son travail, il risquait de compromettre sa filature, et de la mettre elle aussi en danger, ce qu'il ne se pardonnerait jamais. « En vérité, j'avais prévu un ballottin pour toi aussi, mais comme tu n'es pas revenue pendant trois semaines et qu'ils me faisaient de l'oeil, j'avoue les avoir dévorés. Mais je te promets de t'en offrir un prochainement » avouait il en un sourire en coin plus charmeur qu'il ne le paraissait. Une question trottait dans la tête du jeune homme, elle lui brulait même littéralement les lèvres. « Je peux te poser une question ?! » Demandait-il curieusement. Il ne voulait pas la blesser, mais plutôt en savoir un peu plus encore sur elle. « Beaucoup de gens parlent... Et j'ai entendu dire que ça n'allait pas trop entre toi et ton fiancé. Ca ne me regarde peut-être pas ... Mais vous allez vous marier, et les disputes avant le mariage ça n'annonce rien de bon. Du coup, tu es réellement sure que tu es prête pour ça ?! Je veux dire ... C'est pas innocent le mariage... C'est quelque chose d'important, l'histoire d'une vie ... Ce serait dommage de te marier et de divorcer dans six mois... Alors réfléchis y bien. Histoire de pas faire de connerie... » dit il, esquissant un léger sourire. Son but n'était pas de faire foirer son mariage, non mais de lui ouvrir les yeux, pour ne pas qu'elle fasse l'erreur de sa vie. Il terminait alors son café, dont il reposait la tasse face à elle. Il l'écoutait alors d'une oreille attentive. A vrai dire, ce qu'elle avait reçu comme proposition était alléchante. Le flic en lui l'aurait sans aucun doute poussé à accepter une telle proposition. LA refuser serait clairement une erreur. Mais malheureusement, étant infiltré, il n'était pas censé en savoir autant sur le sujet, alors il devait faire mine de ne rien y comprendre, d'autant plus que si elle acceptait, ils risquaient de devoir collaborer et par extension griller sa couverture. « Oh Joli ... Les affaires pénales c'est pas tout ce qui touche les meurtres, les viols et tout. A peu près comme on voit à la télé, dans les experts et tout ? C'est génial ça ! Mais j'imagine que dans ce métier, tu dois savoir défendre pour le bien mais tu es susceptible aussi de défendre des criminels non ? Tu arriverais à plaider en faveur d'un violeur d'enfant ?! » Demandait-il soudainement, il s'intéressait beaucoup à elle, et était heureux qu'elle ait reçu une telle promotion. « Je pense que c'est un bel avenir qui s'ouvre à toi... Mais tu sais ce qui me fait peur ? Que tu aies du boulot à revendre et que tu ne viennes plus ... Les autres bénévoles sont top, mais il y'a quelque chose chez toi, quelque chose de spécial. Et tu me manquerais beaucoup... » Avouait il, appuyé contre sa chaise, un sourire sincère aux coins des lèvres. « Quel que soit ton choix, je te souhaite tout le bonheur du monde. Et je te souhaite de trouver ton bonheur, du moins le vrai bonheur.» finit il
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Mar 13 Juin - 9:57

J’étais contente de pouvoir discuter avec Ciaràn. De tous les sans-abris que je pouvais croiser dans les locaux de l’association, il était certainement celui dont j’étais le plus proche, celui avec lequel j’aimais le plus discuter. Parce qu’il avait ce petit quelque chose en plus que les autres n’avaient pas mais je n’arrivais pas à définir ce que cela pouvait être. Je me sentais proche de lui parce que je savais que je pourrais être à sa place si jamais je n’étais pas sorti de la rue grâce à la famille Hill. J’avais envie de l’aider à se sortir de là et tant pis si je dépassais le simple rôle du bénévole venu pour parler et écouter. Mon rôle n’était pas d’aider mais de conseiller, l’association faisait appel à une assistante sociale pour tout le reste. Mais je n’avais pas envie de laisser le jeune homme aux mains d’une jeune personne que je ne connaissais pas alors qu'il était tellement gentil avec moi. Je ne pus m’empêcher de sourire quand il ajouta qu’il avait prévu des chocolats pour moi aussi à la base mais qu’il avait tout mangé parce qu’ils lui avaient fait de l’œil. « C’est moi ou le chocolat est un de tes péchés mignon? » Ce n’était qu’à moitié étonnant, rares étaient les personnes à ne pas aimer le chocolat alors pour manger un ballotin complet de chocolat, Ciaràn ne devait pas en faire partie. Je reportais mon attention sur ce dernier quand il me demanda s’il pouvait me poser une question. Je hochais alors la tête tout en buvant une gorgée de mon café. Je ne fus guère étonnée par la question du jeune homme, ce n’était un secret pour personne que mon couple battait de l’aile. Je soupirais légèrement en haussant les épaules. « Déjà, pour parler mariage, faudrait qu’une date soit arrêtée… Ce qui n’est toujours pas le cas même après quatre mois… Je me demande parfois si Ethan a vraiment envie de se marier parce qu’aucun préparatif n’est actuellement en cours. Je ne sais pas si je fais la bonne chose en essayant de sauver mon couple mais je ne voudrais pas vivre dans le regret de ne pas avoir essayé une dernière fois. » Après tout, il y avait encore un petit espoir pour que tout s’arrange entre mon fiancé et moi même s’il disparaissait petit à petit, au fur et à mesure qu’une nouvelle dispute éclatait. Je me demandais même parfois si j’aimais toujours mon fiancé comme au premier jour. J’avais l’impression que tout aurait été différent si Ethan ne devenait pas de plus en plus fuyant. Peut-être que j’avais tout simplement cessé de l’aimer à la suite de tous les soirs passés seule à l'attendre rentrer… Mais je changeais vite de sujet, préférant de loin parler de la proposition que j’avais reçu pour être avocate de la ville. « Oui, je suis contente d’avoir eu une telle proposition. Et le poste est simple, je défendrais les intérêts de la société donc pas de criminel à défendre mais à faire enfermer. » Et ça, clairement, c’était dans mes cordes. Mais malgré tout, le jeune homme avait raison, peut-être que je n’aurais pas accepté de réfléchir au poste s’il avait fallu que je défende des criminels. Mais là, étant donné que c’était carrément la ville qui allait m’employer, pas de question existentielle à me poser. Je ne pus m’empêcher d’avoir un petit sourire attendri quand le jeune homme ne put s’empêcher de dire qu’il avait peur que je ne vienne plus, que j’allais lui manquer si je venais à disparaître de l’association. Il n’y avait que peu de risque que j’arrête même si mon métier venait à être prenant. J’aimais trop ce que je faisais en tant que bénévole pour arrêter. « Rassure toi, il n’est pas question d’abandonner le bénévolat. C’est certainement une des meilleures choses que j’ai faite dans ma vie alors je ne compte pas arrêter. Sauf cas de force majeur. » Et encore, je n’en étais pas persuadé. Néanmoins, ce que le jeune homme avait dit concernant mes fiançailles me trottait quand même dans la tête. Après tout, et s’il avait raison? Si tout était foutu… Il faudrait que j’y réfléchisse plus en détail mais en même temps, n’y avait-il pas des signes que rien ne pourrait revenir comme avant? Mais une chose était claire pour moi. Si je n’arrivais pas à sauver mon couple cette fois-ci, ce ne serait plus la peine que j’essaye. Pour me donner contenance tout en pensant à tout cela, je bus une gorgée de mon café tout en grignotant un biscuit. Si le chocolat était le péché mignon du jeune homme en face de moi, personnellement, je préférais de loin les biscuits… Même si je ne crachais jamais sur du chocolat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Mar 13 Juin - 9:58

De toute évidence, le courant passait bien entre Ciaràn et Eden, ça n'était passé inaperçu aux yeux de personne au sein du refuge. Beaucoup de membres de l'association avaient remarqué cette alchimie entre eux pensaient qu'il y'avait un peu plus qu'une simple amitié entre ces deux là, bien qu'ils aient tous tord jusque ici. Jusque ici seulement, parce que Ciaràn lui aussi a bien l'impression que leur relation évolue positivement. Depuis son arrivée, ils se rapprochent de plus en plus, probablement du fait de leur âge et de leur passé semblable, le fait étant aussi qu'elle avait besoin de parler et que Ciaràn était sans doute le seul à le remarquer. À force d'être toujours présente pour tout le monde et d'être toujours une oreille attentive, Eden en oubliait littéralement de s'écouter elle même et d'écouter son cœur. Ciaràn en avait bien assez de parler de lui et surtout de s'enfoncer dans un mensonge duquel il aurait sans aucun doute préféré laisser la jeune femme a l'écart. La vérité c'est qu'elle lui plaisait de plus en plus et lui mentir devenait pénible mais était nécessaire pour ne pas la mettre en danger, ce qu'il ne pourrait se pardonner. Si d'un côté le flic en lui voulait que cette infiltration se termine le plus vite possible, l'homme savait qu'elle avait lui en vouloir, peut être même trop pour lui pardonner. De toute évidence, ses relations masculines sont difficiles au vu des commentaires qui allaient ça et là dans le refuge, que Ciaràn écoutait par curiosité avant de demander gentiment aux gens de respecter sa vie privée. Bien que le jeune homme soit sensiblement intéressé par la jeune femme, ses histoires de couple étaient du domaine privé et ne regardaient donc personne dans ces lieux. Eden était très clairement trop gentille pour que Ciaràn laisse les gens parler sur son dos. D'ailleurs devant son avoeux de gourmandise, Ciaràn ne put retenir un léger rire, les mains dans les poches. Elle avait visé juste. "Bingo. Mais bon le chocolat n'est qu'un de mes nombreux pêchés mignons. A vrai dire j'aime tout autant les pâtes de fruit ou autre sucrerie. Ma situation ne me permets pas de jouer les fines bouches. J'avoue que ces derniers temps j'ai très envie d'un éclair au chocolat. Enfin j'ai envie d'un peu tout. Mais je préfère résister et mettre un peu de côté pour trouver un logement. J'ai le travail, il me manque juste le logement et je pourrai accueillir Stuart avec moi. Et essayer de l'aider lui aussi à sortir de cette impasse. Quand je me serai stabilisé, Alors je pourrais courir à la boulangerie et vider le rayon sans culpabiliser" Lâchait il en souriant en coin comme à chaque fois qu'il lui parlait. "D'ailleurs je tenais à te remercier encore une fois de m'avoir aidé a déniché ce job. De m'avoir aidé tout court en fait. Je pense que s'il pouvait y'avoir plus de personne comme toi en ville, il n'y aurait plus aucun sans abris dehors. C'est toujours appréciable de voir que malgré tout ce qu'on peut penser, on a encore une petite place dans cette société. Je suis sur que tu excelles dans ton job." Ajoutait il tout aussi sérieusement. Peut être que sa condition de vie n'était pas réellement, Mais elle l'était pour d'autre ici, des gens qu'elle aidait beaucoup sans forcément avoir en retour. Bien avant son absence, Ciaràn avait bien remarquer les larmes sur le visage de la belle brune. Elle était mal dans sa peau, Mais de toute évidence elle ne le montrait pas, sans doute parce qu elle estimait que les SDF présents dans le centre avaient des problèmes bien plus graves qu'elle. Elle avait sans doute un toit sur la tête et un boulot bien payé, Mais ses problèmes de couple avaient une importance certaine dans sa vie. Et Ciaràn était mieux place que quiconque pour savoir qu'elle aussi avait besoin d'extérioriser un peu tout cela. Une oreille attentive, une épaule sur laquelle s'appuyer avant de sombrer dans le gouffre, loin de tout jugement et de toute critiques. C'est dans cet objectif que Ciaràn avait lancé le sujet, tout en lui permettant de l'éviter si elle le souhaitait. Il ne tenait pas à lui faire plus de mal Mais de toute évidence, Eden semblait lui accorder suffisamment de confiance pour lui en parler. "Au fond tu as raison de lui laisser encore une chance quelque part. Au moins tu es sûre d'y avoir mis du tien et d'avoir tout essayé. Maintenant est-ce que tu en as parlé avec lui ?! Peut être que finalement le mariage l'effraie mais il n'ose pas t'en parler de crainte de te décevoir. Ce serait dommage de préparer le plus beau jour de ta vie pour qu'au final tu le vives plus par obligation que réelle envie. Ce n'est peut être juste que ça... Est-ce que vous parlez entre vous ? Je veux dire c'est peut être un manque de communication... enfin je dis Ca mais je suis pas réellement le meilleur conseiller en la matière au vu de ma situation actuelle." Avouait il sans crainte. Pour une fois il était sincère. Côté cœur, c'était le néant absolu. Ce n'était pourtant pas faute d'attirer les femmes au contraire. Elles se bousculaient au portillon ce qui avait le don d'agacer ses collègues. Disons que le problème là dedans venait plutôt de lui qui se définissait plutôt comme un handicapé des sentiments plutôt que pour un célibataire endurci. Ciaràn avait accordé sa confiance quelques fois mais dans tous les cas il finissait par se faire avoir comme un bleu. Alors l'attachement et lui, Ca faisait deux. Pourtant quelque chose lui disait qu il commençait finalement à s'attacher. Sans doute plus que de raison ... Bien que Eden se soit finement confiée à lui, elle semblait ravie de changer de discussion pour un sujet beaucoup moins délicat : sa promotion. "Oh joli. Ma foi, si c'est ton rêve et que tu es prêtes pour ça, lance toi. C'est une occasion en or qui ne se produit pas deux fois dans la vie. Et tu risques de regretter si tu refuses. Écoute toi un peu pour une fois. Écoute tes envies pas ta raison. Et si ce job ne te convient pas, au pire tu viendras bosser avec moi. Je suis sur qu à nous deux on ferait une bonne équipe. " le sourire au lèvre et un rire sincère franchissant des lèvres. Au fond, elle devait suivre son cœur. Elle travaillait pour son avenir pas celui de son compagnon. Et puis c'était son rêve alors autant en profiter. "Voila qui me rassure. Ton sourire sera toujours la pour illuminer nos journées. Maintenant, un bébé Ca va très vite. Et ca prend beaucoup de temps. Alors évitons de parler de force majeur. Non pas que je ne te souhaites pas de devenir maman un jour. Disons juste que j'aime autant profiter encore un peu de ta présence à l'association. Quoi que je me verrai bien tonton, sait on jamais. " Ciaràn se redressait en apercevant Stuart rentrer visiblement épuisé par sa journée. Il se retournait Alors vers la jeune femme "Excuse moi, je vais te laisser travailler et préparer un café à Stuart. J'espère qu on pourra de nouveau discuter de tout ça . " lâchait il avant de lui sourire et de s'éloigner. Mais bien vite le jeune homme fit marché arrière, grattant nerveusement sa nuque. "Dis moi, Ca te dirais de prendre un café un jour ?! Du moins un vrai café que je t'offrirai bien entendu. Avec un superbe éclair en chocolat. Parce que maintenant qu'on en a parlé j'en ai vraiment envie. " lâchait il non sans accompagner ses paroles d'un véritable rire. Machinalement le jeune homme la saluait, avant de courir vers son ami qu il aidait à s'installer et lui préparait un café avant de lui porter accompagné de quelques biscuits et de quelques billets qu il avait lui même gagné. Cet argent il n'en avait pas besoin. Alors il en faisait profiter son ami en trouvant toujours une bonne excuse à mettre au trou. Finalement, il appréciait de venir ici. Peut être même qu une fois sa filature terminée, il pourrait se proposer pour donner un coup de main. Il était plutôt bon bricoleur. Alors autant en faire profiter les gens dans le besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:37

Je ne pouvais pas le nier, il y avait quelque chose entre Ciaràn et moi. Une profonde amitié était née entre nous depuis le premier jour où le jeune homme était arrivé au centre et je ne comptais pas le lâcher de sitôt. Certainement parce que malgré nos différences, nous avions plus de points communs que ce que j’avais pu penser de prime abord. J’étais donc contente de pouvoir discuter avec quelqu’un qui semblait pouvoir me comprendre même si nous ne vivions pas la même chose actuellement. Pouvoir parler me faisait du bien, plus de bien que ce que j’avais pu penser en premier lieu. J’étais tellement habituée à écouter au centre de l’association et il y a bien longtemps qu’Ethan ne m’écoutait plus tellement que j’en avais oublié l’effet que cela faisait de trouver une oreille attentive, qui se soucis réellement de ce que je pouvais penser. Non pas que mon fiancé ne s’en souciait pas mais c’était tellement compliqué entre nous en ce moment que parfois, je me demandais s’il m’écoutait toujours comme au début. En tout cas, je savais parfaitement bien cerner les gens comme Ciaràn me le confirma quand je lui fis la remarque concernant le chocolat et le fait que ça avait l’air d’être son péché mignon. Je ne connaissais pas l’effet que cela pouvait faire de ne pas pouvoir s’offrir ce que l’on voulait juste parce qu’on n’avait pas d’argent et cette histoire de logement me frappa en plein visage. Je pouvais faire quelque chose, j’en étais sûre. Et même, il était presque de mon devoir d’aider le jeune homme en face de moi pour qu’il ait une meilleure vie que ce qu’il vivait maintenant. Je me contentais de hausser les épaules quand il me remercia pour l’avoir aidé à trouver le boulot qu’il avait maintenant. C’était quand même la moindre des choses même si j’aurais aimé faire plus. « Tu n’as pas à me remercier tu sais. C’est tout naturel, je n’allais quand même pas rester là les bras croisés… » Et honnêtement, ce que j’avais fait n’était rien comparé à ce que je pourrais faire en plus. Il fallait quand même que je me penche sérieusement sur cette histoire de logement parce que clairement, dormir dans la rue ou même dans ce centre n’était pas quelque chose de vivable sur le long terme. Peut-être temporairement mais il ne fallait pas que cela s’éternise. Et puis, si en plus cela permettait d’aider Stuart, un autre sans-abri que j’appréciais, je ferais d’une pierre deux coups. J’eus un petit sourire à cette idée alors que le jeune homme me parlait de cette histoire de fiançailles avec Ethan. J’eus soudain une petite grimace en l’écoutant. Il avait raison, il y avait clairement un manque de communication entre mon fiancé et moi mais je ne savais pas quoi faire pour parler de nouveau avec lui sans lui crier dessus. « Communiquer… Ca fait bien trois mois que l’on n’a pas communiqué normalement sans se crier dessus. Ce n’est plus vivable comme situation, clairement. Mais je n’arrive plus à retrouver nos rapports d’avant… » Depuis qu’Ethan rentrait de plus en plus tard le soir, je n’arrivais pas à lui parler normalement sans m’emporter à la moindre chose qu’il pourrait dire. Mais en même temps, quel fiancé digne de ce nom pouvait abandonner sa fiancée pour faire je ne savais trop quoi… J’avais plus que l’impression que j’avais définitivement perdu mon fiancé et étrangement, si cela me peinait, ce n’était pas aussi douloureux que ce que je pensais. Peut-être parce que cela me semblait désormais inévitable et que je m’étais peu à peu fait à cette idée? Certainement. Je finis cependant par rassurer Ciaràn concernant le fait que je n’arrêterais pas de venir les voir même si mon travail était prenant. Je ne pourrais pas arrêter. Je ne pus empêcher un rire de franchir mes lèvres même si le cœur n’y était pas quand il me parla bébé. « Ce n’est pas prévu au programme ça alors bon… » Non, ce n’était clairement plus au programme de ma vie commune avec mon fiancé. Déjà, sauver mon couple, on verra pour le mariage et le bébé ensuite. Alors que je m’apprêtais à ajouter quelque chose, le fameux Stuart entra dans les locaux, me privant de la compagnie de Ciaràn. D’ailleurs, ce dernier s’excusa de m’abandonner mais il voulait aller voir son ami, ce que je pouvais comprendre. Mais je fus étonnée de le voir faire demi-tour assez rapidement pour me proposer d’aller boire un café tous les deux un jour. J’eus un sourire pour le jeune homme tout en hochant la tête. « Se serait parfait. On aura l’occasion d’en rediscuter, va voir Stuart. Il a plus besoin de ta présence que moi. » Ca me faisait bizarre d’accepter ce genre de chose de la part d’un homme comme Ciaràn. Mais en même temps, j’étais contente de pouvoir passer du temps avec lui. Et qui sait, si j’avais suffisamment de temps, peut-être que j’aurais une petite surprise pour lui lorsque nous nous retrouverons autour de ce fameux café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:37

Après une longue étreinte avec Stuart, et quelques tapes sur l'épaule, le jeune homme s'était finalement attablé avec lui pour partager un café et discuter de leur journée. Malgré leur différence d'âge, Ciaràn appréciait discuter avec cet ancien marine. Ils avaient énormément de choses en commun et il le considérait un peu comme son père au fond. C'était tellement logique pour lui de l'aider, de lui venir en aide alors que lui même avait servi et protégé son pays, avant que ce dernier ne le mette à la rue une fois qu'il fut blessé et incapable de reprendre un travail. Après cette brève discussion avec la jolie Eden, Ciaràn s'était finalement occupé de Stuart, auprès de qui il avait passé sa soirée à chercher un lieu où passer la nuit. Parce que désormais, son seul combat était de savoir où il pourrait passer la nuit.
Ciaràn avait finalement passé six long jours loin du refuge. Six jours pendant lesquels il avait de renouveau revêtu son costume de flic, pour venir aider dans une affaire qui avait visiblement mal tourné. Deux flics blessés par balle, volontairement après une intervention avortée... Avec deux flics en moins, l'équipe avait définitivement besoin de renfort, raison pour laquelle il avait du rejoindre les rangs, dans le plus grand secret. Ciaràn savait que cette absence serait remarquée, et il avait plutôt intérêt à trouver une bonne excuse pour justifier sa disparition, surtout auprès de Eden. A vrai dire, il avait déjà sa petite idée là dessus ... Après avoir essuyé quelques coups, Ciaràn était plutôt amoché. Une lèvre fendue et un oeil au beurre noire ... Il avait désormais son excuse toute trouvée. Son bonnet sur la tête et ses mains dans ses poches, Ciaràn avait fait son grand come-back dans le refuge. Un retour remarqué, puisque quelques membres étaient venus le saluer, ravis de le revoir. Cela lui faisait chaud au coeur de savoir qu'il était si apprécié. Après avoir salué les gens autour de lui, le jeune homme s'était empressé de fendre la foule pour rejoindre Eden, qui venait de remarquer sa présence et semblait approcher de lui, l'air grave. Ah... C'est vrai. Il était amoché, et cet air grave dépeint sur son visage, n'était autre que de l'inquiétude. Il lui esquissait alors un léger sourire avant se la rejoindre. Il n'aimait pas réellement cette expression dépeinte sur son visage. « Eh... Désolée de l'absence. Ne me regarde pas comme ça, je vais bien Eden. Je t'assure .. » Tentait il de la rassurer un tant soit peu. Il gEdenit alors une mèche de ses cheveux derrière son oreille, loin des regards avant de lui sourire d'avantage. « Tu es toujours d'accord pour le café ?! Parce qu'on pourrait y aller maintenant. Je t'expliquerai comment j'ai eu tout ça...» Lâchait il en haussant doucement les épaules. En vérité, il avait surtout juste envie d'être seul avec elle, de passer un moment à ses côtés et de savoir tout ce qu'il avait raté, pendant qu'il était retourné dans les locaux de la police.
La jeune femme ayant finalement accepté l'invitation, tous les deux marchaient dans le parc, les mains protégées du froid mordant. Ils marchaient déjà depuis un moment, discutant de tout et de rien avant de finalement entrer dans un café. Ce n'était pas n'importe quel café, Ciaràn l'appréciait particulièrement pour sa simplicité mais surtout parce qu'ils y vendaient les meilleurs pâtisseries de la ville. Le jeune homme tenait alors la porte à la jeune femme avant de l'inviter à s'installer à une table, frottant ses mains pour se réchauffer. "Il parait que c'est le meilleur café de la ville." Lâchait il pour justifier la marche qu'ils venaient d'effectuer. Il ôtait alors sa veste, dévoilant de nouvelles plaies et hématomes qui tordaient le visage de la jeune femme. En le remarquant, Ciaràn baissait son regards sur son torse avant d'esquisser un sourire. "Eden ... Je vais bien. C'est un petit accrochage... J'ai trainé près du métro et tu sais comment ça fonctionne là bas. C'est leur territoire alors celui qui ose s'y balader risque gros. Je cherchais un coin où passer la nuit et je suis tombé sur trois gars qui m'ont fait ma fête, voilà tout. Je t'assure que ça va. Je sais à quoi me tenir avec eux désormais" Lâchait il en souriant, histoire de la rassurer au mieux. D'un geste de la main, Ciaràn appelait une serveuse "Je prendrai un café au lait sucré, et un éclair au chocolat " Lâchait il avant de regarder la jeune femme pour lui demander ce qu'elle souhaitait prendre. Il remerciait alors la jeune femme avant de reporter toute son attention sur Eden. "Je suis désolé, j'aurais du passer te prévenir que tout allait bien..." Grimaçait il. "Bon, assez parlé de mes conneries, comment tu vas toi ? Avec ton fiancé vous avez pu discuter tous les deux ?! Enfin quelles sont les nouvelles depuis six jours ?" Demandait-il, histoire de réorienter la discussion pour éviter d'en dévoiler plus qu'il ne le devrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:38

Je ne pus m’empêcher d’observer Ciaràn pendant qu’il rejoignait Stuart, un léger sourire aux lèvres. Ces deux-là c’étaient décidément bien trouvé. Par la suite, je n’avais fait que vaquer à mes occupations habituelles, discutant de-ci de-là avec d’autres sans-abris, leur dispensant mes conseils et surtout mon oreille attentive. Il fut rapidement l’heure pour moi de quitter ensuite les locaux de l’association pour retourner à mon chez-moi. Mais je ne le faisais plus avec le même entrain qu’avant. Parce que je savais ce qui m’attendait dans le loft qu’Ethan et moi possédions. Colère et disputes. Je ne m’avançais que peu en disant qu’il y allait certainement y avoir une nouvelle dispute entre mon fiancé et moi, c’était quasiment quotidien, si toute fois il rentrait ce soir. Bon, peut-être que j’exagérais un peu, nous ne nous disputions pas tous les soirs non plus mais dernièrement, elles revenaient de plus en plus souvent et de plus en plus facilement.
Six jours… J’avais attendu le jeune homme pendant six jours et je ne l’avais pas vu. Je n’avais pas arrêté de me demander ce qui avait pu arriver. J’avais bien essayé de demander à Stuart mais lui non plus n’en savait pas plus que moi. Et j’étais inquiète, peut-être même plus que ce que je devrais être. J’en devais être à ma troisième tasse de café quand je le vis soudain se diriger vers moi. Je ne l’avais même pas vu passer les portes du centre. Et ce que je voyais ne me plaisais pas. Il était amoché et je ne pus m’empêcher de le suivre du regard pendant qu’il s’approchait de moi. Si j’avais été inquiète jusque-là, ce n’était rien désormais comparé à ce que je ressentais en le voyant blessé. Je n’arrêtais pas de me demander ce qui pouvait lui être arrivé mais je me doutais que j’aurais certainement une explication à toutes mes questions quand Ciaràn serait près de moi. Il avait dû voir mon inquiétude car aussitôt qu’il fut près de moi, il s’empressa de me rassurer. Mais ce n’était pas évident de me rassurer quand je voyais la tête que pouvait avoir le jeune home. Un œil au beurre noir ainsi que la lèvre fendue, ce n’était pas pour me rassurer. Il me proposa alors un café où il comptait tout m’expliquer. « Je suis toujours d’accord. » Je m’étais empressée d’accepter. Parce que je voulais savoir ce qui lui était arrivé et uniquement pour ça. Du moins, j’essayais de m’en persuader. Je ne voulais pas reconnaitre que je voulais passer du temps avec le jeune homme parce que j’en avais envie. Je ne savais pas ce qu’il se cachait là-dessous et je ne voulais pas m’y pencher. A cause d’Ethan. Tout aurait été tellement plus simple si ma relation avec mon fiancé n’était pas ce qu’elle était.
Je suivis donc Ciaràn jusqu’à un café que je ne connaissais pas. Je n’étais pas une habituée des cafés, je préférais soit prendre mon café chez moi soit le prendre à emporter. Je ne m’étais jamais arrêté pour me poser dans un vrai café. Le jeune homme m’expliqua alors que c’était le meilleur café de la ville d’après ce qu’il avait entendu. Je hochais simplement la tête avant de le suivre à l’intérieur jusqu’à me retrouver assise à une table. Alors qu’il enlevait sa veste, je ne pus empêcher mon regard de se poser sur son torse où je découvris d’autres marques de coups. Je l’écoutais alors m’expliquer comment il avait fait pour se retrouver ainsi avec des marques de coups sur le visage et le torse. C’était une bonne explication et je ne pouvais donc qu’y croire. Cependant, je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter pour le jeune homme. Au même moment, Ciaràn appela une serveuse et commanda pour lui. « Pour ma part, je prendrais un café double avec du sucre, s’il vous plait. » Je n’avais pas spécialement faim, l’inquiétude avait tendance à me couper l’appétit. Le jeune homme s’excusa alors avant de me demander des nouvelles de ce qu’il c’était passé pendant les six jours où il avait été absent. Je haussais les épaules tout en regardant par la vitrine. « Pas grand-chose… J’ai un entretien dans deux jours pour le poste au tribunal. J’ai finalement décidé d’accepter ce poste mais pour ça, faut que je passe l’entretien. Ça me stress un petit peu mais je me dis que j’ai toutes mes chances alors bon, on verra bien. » La serveuse arriva sur ses entre faits avec la commande et je sentis avec plaisir l’odeur du café. C’était mon quatrième de l’après-midi et je me demandais si j’avais bien fait d’en prendre un… Parce que je n’arrivais pas à savoir si j’allais pouvoir dormir cette nuit avec toute la caféine que j’avais dans le sang. Buvant une gorgée, je reportais mon attention sur le jeune homme. « Et concernant mon fiancé… Ce n’est pas mieux. Disons qu’on a essayé de parler, notamment de ma proposition d’emploi et tout ce qu’il a eu comme première réaction, ça a été concernant mon emploi actuel dans la société où nous nous sommes rencontrés… Donc niveau discussion en ce moment, ce n’est pas trop ça… Ça ne l’est jamais de toute façon. » J’avais de toute façon l’impression que tout ce que je pouvais dire mettait Ethan en colère et inversement. Je glissais une main sur mon visage tout en soupirant. « Et toi, tu as pu aller à l’hôpital du coup ou pas? » C’était une question pertinente, dès fois que le jeune homme ait été blessé plus sévèrement que ce qu’il pensait. Je ne connaissais pas l’étendue de ses blessures concernant son torse et je n’avais pas forcément envie que le jeune homme soit blessé plus grièvement que ce qu’il semblait penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:38

C'est dingue comme le contact de sa peau sur la main de Ciaràn peut le glacer. Son visage est doux, mais ses traits sont tirés par l'inquiétude. A vrai dire, il s'était lui même inquiété pour elle pendant son absence, cette fois c'était à sa place de s'inquiéter pour lui, cependant il lui semblait qu'elle s'intéressait plus à lui qu'aux autres sans-abris du refuge, ce qui a vrai dire n'était pas pour lui déplaire, bien que la pensée d'être la raison pour laquelle son couple avait coulé ne lui plaisait guère. Devant tous les regards posés sur eux, Ciaràn c'était empressé de lui proposer d'aller prendre un café, ce à quoi elle avait répondu positivement. À vrai dire, il avait envie de discuter avec elle loin des regards des autres et surtout des jugements qu'ils pourraient avoir sur eux. Rapidement tous deux furent dehors à déambuler dans la rue tout en discutant avant d'atteindre le café après de longues minutes de marchés qui en valaient la peine ! Installés à leur table, leur cafés fraîchement apportés, le jeune homme souriait doucement à la jeune femme, finalement elle avait suivi ses conseils : suivre son cœur et Ciaràn en était ravi. "Je suis content d'apprendre que tu as choisi de suivre ton cœur. Je suis sur que c'est le meilleur choix. Tu ne le regretteras pas. Je suis intimidé maintenant que je parle à une grande avocate. " lâchait il en riant légèrement. Elle ferait une avocate parfaite il en était sur. Il avait vaguement entendu parler de son travail toujours largement apprécié. Cette fois elle allait pouvoir travailler de façon indépendante. "Tu stresses pour un bête entretient alors que tu veux plaider contre des cours entières ?! Voyons Eden ... Il suffit que tu restes toi même. Tu es tellement passionnée par ton métier que tes réponses seront sincères et franches. Ils ne cherchent rien de plus. Et puis s'ils te veulent c'est que tu as un sacré CV. Alors vas y zen. Si tu veux que je t'y accompagnes il n'y a pas de soucis. Bien sûr je ne m'impose pas ... Mais sache que si besoin je serai là." Lui dit il avant de finalement lorgner sur l'éclair qui était devant lui. Le jeune homme plongeait son nez dessus en souriant. "Tu es sûre de ne pas vouloir un morceau ?!" Demandait il par précaution. Il lui offrait de bon cœur vraiment. Ciaràn ne mit pas longtemps avant de plonger sa cuillère dans son éclair, il révulsait littéralement des yeux tant c'était un délice pour ses papilles depuis trop longtemps délaissées. Son extase semblait telle qu'elle faisait visiblement rire la jeune femme "c'est un orgasme gustatif." Lâchait il dans un rire franc. Il reprit néanmoins son sérieux rapidement lorsqu'ils abordèrent le sujet du fiancé de la jolie Eden qui contrairement à Ciaràn ne s'était pas vraiment réjoui de la bonne nouvelle de son boulot. Ciaràn avait légèrement grimacé à cette information. C'était dommage de ne pas savoir se réjouir du bonheur de sa compagne et de ne souhaiter que son propre bonheur personnel ... Mais c'étaient sans doute leur problèmes et Ciaràn n'avait rien à dire à la jeune femme. Il ne pouvait que la conseiller Mais sur ce sujet elle était sensiblement plus experte que lui. "Je trouve ca dommage qu il s'inquiète plus pour sa famille que d'être ravi que tu réalises ton rêve. Il a l'air assez nombriliste. Enfin je ne le connais pas Mais du peu que je comprends ... Enfin je trouve cela bien dommage pour toi de ne pas être plus épaulée dans tes choix de carrière... " avouait il en grimaçant un peu, avant de boire un peu de café qui était le bienvenu. Il relevait alors le regard à la question de la jeune femme. À vrai dire il n'avait pas été consulté. Il ne se sentait pas mal et puis s'il devait lui arriver quelque chose, il serait déjà mort à l'heure qu'il est. Il n'avait que des hématomes et quelques cicatrices rien de bien grave en soit. "Non, je n'ai pas jugé bon d'aller consulter. Tu sais pour accéder à l'hôpital sans couverture hospitalière c'est un peu compliqué et puis au fond je savais qu'il n'y avait rien de bien grave en soit. Peut être une cote froissée tout au plus. Tout ça ce n'est que superficiel. Je vais bien, je t'assure. Ne te fais pas un sang d'encre pour moi. Ca n'en vaut pas la peine. " ajoutait il, non sans frôler sa main et lui offrir un léger clin d'œil. Il passait un très agréable moment accompagné de sa jolie brune. Tout sujet les conduisaient vers de chouettes discussions. Ils s'étaient bien trouves tous les deux en soit. Au fond, Ciaràn était réellement touche que la jeune femme s'intéresse autant à lui. Mais de nouveau il craignait le pire quand elle finirait par apprendre la vérité. Il jouait Alors nerveusement avec son café. Il avait envie de lui dire la vérité. Mais il avait bien trop peur qu'elle ne soit en danger. Il lui souriait finalement après avoir terminé son café et avalé son éclair choco/vanille. "Ca me fait plaisir d'être là avec toi. Mais je vais devoir te libérer si je ne veux pas avoir un coup de ton fiancé, je suis suffisamment amoché je pense. " Lâchait il avant de sourire en coin. Il regardait alors la jeune femme avant d'appeler la serveuse pour avoir l'addition, qu'il payait, afin que la jeune femme ne soit pas tentée de lui offrir ce petit repas. "Allez, je te ramène" Lâchait il
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:38

Je n’aurais pas dû m’inquiéter autant pour le jeune homme mais c’était pour le moins désagréable de voir dans quel état il pouvait être. J’espérais sincèrement qu’il n’ait rien de grave mise à part les marques que je pouvais voir sur son visage. Je me fichais bien du regard des autres personnes présentes dans les locaux, je ne voyais plus que la lèvre fendue de Ciaràn ainsi que son œil au beurre noir. Et clairement, ce que les autres pouvaient bien penser de moi ne m’atteignaient plus depuis que mon histoire avec Ethan battait de l’aile. Parce que clairement, les amis de mon fiancé était plus souvent de son côté que du mien, ce que je pouvais comprendre. Alors ce que des quasis inconnus pouvaient penser m’atteignaient encore moins que ce que les amis de mon fiancé pouvait dire. Mais peut-être que le jeune homme en face de moi prenait plus au sérieux les pensées de ses camarades que moi. Après tout, il me demanda rapidement si sa proposition pour un café tenait toujours et j’avais répondu oui. Voilà pourquoi nous nous retrouvions désormais attablés tous les deux dans un café après quelques minutes de marche, avec deux cafés et un éclair au chocolat pour le jeune homme en face de moi. Je ne pus m’empêcher de lui parler du fait que j’avais accepté l’entretien à la cour suprême et sa réaction me fit chaud au cœur, bien plus que celle qu’Ethan avait eu. Je ne pus retenir un petit rire quand il ajouta qu’il était désormais intimidé. « Ne t’avances pas trop, rien n’est encore fait tu sais. » Je ne pus que sourire face à ce qu’il ajouta par rapport à mon stress vis-à-vis de l’entretien et il n’avait pas tort. Après tout, si je montrais que j’étais stressé pour un banal entretien, cela ferait une impression négative aux personnes que j’allais rencontrer quand ils devraient m’imaginer devant le juge. Et clairement, je voulais impressionner, que les recruteurs en oublient qu’ils voyaient d’autres avocats et qu’ils ne pensent plus qu’à moi. Je fus néanmoins étonnée que le jeune homme se propose de m’accompagner mais cela me faisait chaud au cœur. J’étais contente de pouvoir compter sur quelqu’un et j’allais réfléchir à ce qu’il m’avait proposé. Je secouais alors la tête quand il me proposa un morceau de son éclair au chocolat. « Oh, non merci. Il a l’air de tellement te faire envie que j’aurais honte de t’en voler un morceau. » Et à voir sa réaction, l’éclair était bon. Je ne pus m’empêcher de rire en voyant sa tête et encore plus face à ce qu’il ajouta. Je jouais avec ma tasse de café, buvant de temps en temps une gorgée, alors que l’on abordait le sujet de mon fiancé. Je soupirais en me rendant compte quand même que Ciaràn avait réagi de la façon dont j’aurais aimé qu’Ethan réagisse. Je haussais les épaules en entendant la réaction du jeune homme, ne sachant trop comment réagir. « Après, il m’a dit qu’il était content pour moi donc c’est quand même mieux que s’il n’avait rien dit du tout. Mais sa première réaction m’a fait beaucoup de mal. Plus que je ne le pensais d’ailleurs. » Parce que quand même, pour le coup, j’appréciais plus Ciaràn qu’Ethan… Et pourtant, ce dernier était mon fiancé, j’aurais dû normalement le préféré quel que soit la situation. Mais je changeais rapidement de sujet en parlant de l’hôpital et m’inquiétant du fait que le jeune homme y soit allé ou pas. Je ne pus m’empêcher de faire la moue en l’entendant me dire qu’il n’avait pas été consulté mais en même temps, il avait plutôt raison. Il était difficile d’aller à l’hôpital quand on n’avait aucune couverture médicale. Mais quand même, j’étais inquiète. Parce qu’il faisait réellement mal à voir. Le léger frôlement de la main du jeune homme contre la mienne me fit plus d’effet que ce à quoi je m’étais attendu. Je sentis comme un courant électrique traverser mon bras alors qu’une volée de papillons semblait prendre son envol dans mon estomac. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas ressenti une telle chose à un banal contact. Même mon fiancé ne me faisait plus cet effet-là. Pour me donner une contenance afin que mon trouble ne se remarque pas, je me remis à jouer avec ma tasse de café avant de la finir assez rapidement. Je ris quand il ajouta qu’il allait devoir me libérer, ne voulant pas subir les foudres de mon fiancé. « Oh, tu sais, il serait mal venu de sa part de me faire des reproches là-dessus vu qu’il passe plus de temps loin de notre loft qu'avec moi… » Il appela alors la serveuse pour avoir l’addition et je n’eus même pas le temps de faire le moindre mouvement quand cette dernière fut sur la table que déjà Ciaràn l’avait dans la main. Je ne pus que secouer la tête en souriant, sachant que j’aurais beau parlementer, le jeune homme ne me laisserait jamais payer. Alors je préférais ne pas gâcher ma salive. Je me levais donc avant de remettre ma veste avant de sortir du café. « Suis moi, je dois aller quelque part. » J’avais prévu d’attendre plus longtemps pour lui montrer ce que j’avais fait mais le voir ainsi amoché m’avait fait revoir mes plans. On marcha quelques minutes jusqu’à un petit immeuble du quartier où je pénétrais avant de rejoindre un appartement. Ce dernier n’était ni trop grand ni trop petit, avec deux chambres et un salon avec une cuisine ouverte. J’avais flashé dessus et j’espérais qu’il allait plaire à Ciaràn. Parce que cet appartement n’était pas pour moi mais bel et bien pour lui. Je l’avais trouvé en quelques jours et j’étais assez fière de moi. Mais s’il ne plaisait pas au jeune homme, j’en avais d’autres sous la main. « Alors, comment tu trouves? » Bien sûr, le logement était loué entièrement meublé, ce qui était clairement un plus quand on connaissait la situation du jeune homme à mes côtés. Et j’espérais sincèrement qu’il allait le trouver bien et surtout, ne pas m’en vouloir pour m’être mêlée de ce qui ne me regardait pas. Parce que trouver un job, c’était trois fois rien mais trouver un logement dont je finançais quand même une partie, c’était bien plus. Mais j’avais envie de faire cela pour le jeune homme et j’espérais qu’il ne m’en tiendrait pas rigueur. Je me sentirais trop mal sinon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:38

En effet, de toute évidence, ce n'était pas un secret que le beau Ciaràn soit relativement gourmand. Mais cela avait au moins le mérite de faire sourire la jeune femme qui ces derniers temps manquait cruellement de son si joli sourire. « Je pourrai me priver pour toi. Pour toi seulement hein » Lâchait il en riant doucement. Effectivement, il s'était régalé que ce soit avec le café comme avec sa pâtisserie. Le jeune homme s'était finalement empressé de payer la note, qu'il avait offert avec grand plaisir à la jeune femme. Ce n'était cependant qu'un avant gout, puisqu'il comptait bien se faire pardonner de ses mensonges, en l'invitant dans un bon restaurant. Peut-être finalement que leur amitié pourrait tenir le coup malgré les mensonges. « En soit, tu as ta vengeance, puisqu'on passe pas mal de temps ensemble, que ce soit à l'association ou ailleurs comme ici. Et puis j'ai envie de dire, si tu le fais c'est qu'il l'a bien mérité ! » Il se levait alors, remerciant la serveuse avant de tenir la porte à Eden qu'il suivait curieusement une fois que la jeune femme lui eut expliqué qu'elle devait l'emmener quelque part. Il marchait alors à ses côtés. Il l'aurait bien prise sous son bras pour la réchauffer, si elle n'avait pas été déjà fiancée à un autre. Que son couple coule ou non, il ne souhaitait pas être la raison de cette rupture et l'avoir sur la conscience, bien qu'en soit, son fiancé soit largement fautif de la situation dans laquelle ils se trouvaient désormais...
Ciaràn arrivait finalement devant un immeuble dans le centre, il suivait alors la jeune femme dans les escaliers, un peu perplexe quand à leur destination. Mais à mesure qu'ils se rapprochaient, son coeur s'emballait. Allait-elle l'inviter chez elle, sérieusement ?! Bien qu'il en serait gêné, il en serait ravi. Tous deux aboutirent finalement dans un appartement meublé qui ne semblait pas abriter de vie. Il fit alors le tour du salon, qu'il découvrait plutôt surpris. Il ne comprenait pas réellement ce qu'il faisait là. Mais au vu du sourire énorme que la jeune femme affichait sur son visage, cela devait avoir une certaine importance. Il se tournait alors vers la jolie brune. « C'est spacieux, lumineux. C'est pas mal, pas mal du tout même » Lâchait il en souriant Il changeait soudainement de visage lorsqu'il pensait avoir compris son message « Oh... Tu as décidé de quitter ton fiancé ?! Je ... J'espère que c'est pas à cause de moi... » A vrai dire, Ciaràn se sentait soudainement coupable. Il est vrai qu'il avait été un peu direct, et légèrement dragueur. Il fut néanmoins rassuré de l'entendre nier la chose. Enfin rassuré et à demi déçu tout de même, parce que oui, contre toute attente, fiancée ou non elle lui plaisait. Ciaràn se figeait soudainement en l'entendant révéler la véritable raison de leur présence dans cet appartement. « Quoi ?! Pour moi ?! Non. T'es pas sérieuse ?! Eden ... Je ... Je peux pas ! » Murmurait-il, touché par la générosité de la jeune femme, mais surtout terriblement gêné qu'elle lui fasse un tel cadeau alors qu'il ne faisait que lui mentir depuis le début. « Eden, je ne le mérite pas... Je veux dire, c'est vraiment adorable de ta part, mais Stuart en a vraiment plus besoin que moi... Je sais qu'il a pas de boulot mais je pourrais lui payer... Je... Je sais pas quoi dire... Tu es juste... Exceptionnelle. Ton fiancé a décidément énormément de chance de t'avoir dans sa vie... » Murmurait il en esquissant finalement un large sourire. Il s'approchait alors, pour l'enlacer longuement. Il la regardait finalement, un long moment avant de s'éloigner un peu. Ciaràn luttait longuement contre cette envie irrépressible qu'il avait de l'embrasser. Il se laissait finalement aller à ses envies sans réfléchir plus longtemps, attrapant sa main pour la tourner vers lui alors qu'elle faisait le tour de l'appartement en lui parlant, alors qu'il avait juste décroché de ses paroles. Collée contre le mur de l'entrée, Ciaràn lui offrit un de ses plus beau, si ce n'est le plus beau et le plus sensuel des baisers, durant de longues minutes pendant lesquelles il était pendu à ses lèvres, comme un fou. Il reprit finalement sa respiration, observant la jolie brune « Je suis désolé ... Mais ça faisait des lustres que j'en mourrai d'envie... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:39

Cela me faisait du bien de sortir, de voir d’autres personnes que mon fiancé. Parce qu’après tout, je n’avais pas besoin de vivre collé à Ethan et encore moins en ce moment. Moins je le voyais, mieux je me portais. Et pourtant, je continuais de l’aimer, du moins, j'en étais persuadé… Difficile comme situation quand l’homme que vous aimez est également celui qui vous fait pleurer. Je ne pus retenir un petit rire quand il ajouta que j’avais ma vengeance vu le temps que nous passions ensemble. Il était vrai que je passais plus de temps avec Ciaràn qu’avec Ethan, un comble quand même. Mais je ne culpabilisais aucunement quand je savais que mon fiancé passait également plus de temps avec ses collègues qu’avec moi. Mais avait-il réellement mérité ce que je lui faisais vivre? Peut-être, peut-être pas. Je n’en savais rien à vrai dire mais si je réagissais ainsi, c’était que forcément, il le méritait peut-être un petit peu. C’était une réelle torture que de penser comme cela, sans savoir si j’avais raison ou tort. Alors, je préférais me focaliser sur le jeune homme en face de moi plutôt que sur mon fiancé. En sortant du café, je lui demandais de me suivre parce que j’avais quelque chose à lui montrer. On arriva après quelques minutes de marche devant un petit immeuble où j’entrais avant d’ouvrir la porte d’un appartement. Celui de Ciaràn s’il le décidait ainsi. Mais apparemment, l’appartement semblait lui plaire au vue de ce qu’il me disait sans savoir que bientôt, peut-être, il habiterait ici. J’eus un petit sourire quand le jeune me demanda si j’avais quitté mon fiancé à cause de lui. Si je devais quitter Ethan, ce ne serait nullement à cause du jeune homme, qu’il se rassure. Mais je voyais que le jeune homme ne comprenait pas ce que nous faisions ici alors je finis par sortir les clés de l’appartement de ma poche pour les tendre au jeune homme. « Cet appartement n’est pas pour moi… Il est pour toi. » Mon sourire devint plus grand encore face à ce qu’il ajoutait. Sa première pensée avait été pour Stuart mais qu’il se rassure, j’avais également pensé à son ami quand j’avais fait le tour des appartements disponibles en ville. Je lui mis alors les clés dans les mains, pour qu’il se rende bien compte de ce que je lui donnais. Un toit sur la tête, une vie plus décente et de quoi s’offrir une couverture médicale. « A ton avis, pourquoi l’appartement possède-t-il deux chambres? Tu pourras inviter ton ami sans soucis comme ça. » Je savais que le jeune homme était proche de Stuart alors j’avais bien regardé avant de finalement choisir cet appartement. Je fus étonnée quand Ciaràn me prit dans ses bras mais je lui rendis son étreinte avant de me perdre dans son regard. Je dus même reconnaître que j’éprouvais comme un manque une fois qu’il s’éloigna de moi parce que je serais bien resté plus longtemps dans ses bras. Je fis alors quelques pas dans l’appartement pour lui parler de tous ce que le propriétaire m’avait expliqué quand j’avais visité l’appartement. Mais j’avais l’impression qu’il ne m’écoutait qu’à moitié, voire même pas du tout. Je sentis soudain la main du jeune homme se glisser dans la mienne alors qu’il me rapprochait de lui. Je ne m’étais clairement pas attendu à ce qui allait arriver. Je me retrouvais soudain le dos contre le mur de l’entrée, les lèvres du jeune homme plaqué contre les miennes. Et je me sentis fondre, littéralement. Ce baiser était à la fois doux et terriblement sensuel, affreusement excitant. Je n’aurais pas dû y répondre, cela ne se faisait pas vis-à-vis de mon fiancé mais j’avais tout bonnement cessé de réfléchir à l’instant où ses lèvres s’étaient posées sur les miennes. Je glissais mes bras autour du cou de Ciaràn, lui rendant son baiser. J’ignore combien de temps le baiser dura mais le jeune homme y mit fin en s’excusant, ajoutant que cela faisait longtemps qu’il en avait envie. Pour ma part, je restais stoïque, les bras autour de son cou, le regardant sans vraiment comprendre ce qui venait d’arriver. J’étais encore à moitié dans mes pensées, essayant de me raisonner. J’aurais dû engueuler le jeune homme, je le savais. J’étais fiancée et ce n’était pas correct vis-à-vis d’Ethan. Mais honnêtement, je n’en avais aucune envie. Parce que j’avais aimé la façon qu’il avait eu de m’embrasser. Et j’avais d’ailleurs une folle envie de recommencer. J’étais tiraillé entre deux pensées: lui demander de ne pas recommencer et, au contraire, celle de prendre les devants cette fois, d’embrasser à nouveau le jeune homme. Je ne savais pas quoi faire, j’étais complètement perdue, incapable de réfléchir convenablement. Je finis par reprendre le contrôle de mon esprit en secouant la tête. « Y a pas de mal… Et sinon, l’appartement te plaît? » Je devais me raccrocher à une pensée cohérente sinon, j’étais perdue. Mais je ne pouvais empêcher certaines pensées qui prenaient un malin plaisir à me rappeler ma propre réaction et surtout, qui essayaient d’imaginer ce qui aurait bien pu se passer si Ciaràn n’avait pas mis lui-même un terme au baiser. Je finis par me détacher du jeune homme, me remettant à faire quelques pas dans l’appartement, me postant devant une fenêtre qui donnait sur la rue passante. « Je suis sûr que Stuart et toi allez vous plaire ici. Il est idéalement situé, fonctionnel et facile d’entretien d’après le propriétaire. » M’appuyant au rebord de la fenêtre, je souriais en regardant l’effervescence de la rue en contre-bas. Mais mon sourire n’était en rien dû à la bonne action que je venais de faire. Je me rendais bien compte qu’il était plutôt causé par le baiser que le jeune homme m’avait donné et je n’arrivais pas à m’expliquer pourquoi. Ou plutôt, je ne voulais pas voir la réalité en face, je ne voulais pas me rendre compte que Ciaràn m’attirait plus que de raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:39

Ciaràn était bouche bée devant ce cadeau inestimable. Il était certain que Eden avait passé des heures à chercher un appartement, quitte même à mettre entre parenthèse son couple pour lui venir en aide. En fait, elle faisait beaucoup plus pour lui que pour les autres, et cela n'avait pas échappé au jeune homme. Se pourrait-il qu'il lui plaise ? Ou était-ce seulement une impression qu'il avait ?! A vrai dire, elle était fiancée et elle avait clairement dit à Ciaràn qu'elle aimait son fiancé, sans quoi elle serait sans doute partie. Ou pas ... Le beau flic préférait oublier tout cela, pour ne pas avoir à réfléchir de trop. Toujours est-il qu'elle lui avait offert un toit, généreusement. Une habitation pour lui et Stuart, meublé et prêt à habiter. Elle avait même été jusqu'à préparer le lit, mais Ciaràn savait déjà que ce ne serait pas lui qui profiterait de ce couchage, qu'il laissait généreusement à son ainé. Le jeune homme se contentait largement de la plus petite des deux chambres, le lit n'était peut-être que d'une personne, mais de toute évidence, Ciaràn dormait seul depuis bien longtemps déjà. Il espérait néanmoins ne plus dormir seul trop longtemps. Devant son sourire, Ciaràn ne pouvait s'empêcher de penser combien elle était belle et incroyable. Eden était définitivement son coup de coeur dans cette mission à haut risque qu'il avait. " Mon appartement ..." Lâchait-il tout sourire. Il accompagnait ce dernier d'un léger sourire aux paroles de la jolie brune. "Je pense que je vais t'inviter sous peu à diner. Je pense que je te dois bien ça. Enfin je te dois beaucoup plus encore qu'un simple repas... Je ne sais pas comment je pourrais te remercier, vraiment" Lâchait il. En vérité, cet appartement lui plaisait vraiment beaucoup. Il n'aurait pas hésité à s'y installer définitivement s'il n'avait pas été un peu petit. Ciaràn avait investi dans une maison depuis quelques semaines, une maison qu'il rénovait petit à petit. Une belle maison en pierre bleue, avec un intérieur mêlant poutres en bois massif et cheminée en pierre. La maison de ses rêves. Il avait eu un véritable coup de coeur pour sa maison et si le jeune homme attendait de trouver quelqu'un avec qui partager sa vie, pour acheter une maison, il avait finalement changé d'avis devant sa maison.
"J'insiste vraiment pour te rembourser tout ce que tu as investi ici. J'insiste vraiment et je ne te laisserai pas le refuser, sinon je vais définitivement te faire la gueule" Lâchait il en réponse à sa question. Qui ne serait pas ravi de ce logement ?! I avait tout le confort dont un SDF pourrait espérer. Devant toutes ces surprises, Ciaràn avait suivi son instinct. Son coeur avait dépassé sa raison. Il s'était laissé aller à une pulsion irrémédiable, celle de l'embrasser et d'y mettre tout son coeur et son âme. Il s'était laissé porter, et il ne le regrettait pas le moins du monde. Le corps de Eden contre le sien, Ciaràn l'avait enlacée, et souriait contre les lèvres de la belle brune en la sentant répondre à son baiser, suivant elle aussi son coeur plus que sa raison. Ciaràn profitait de cet instant, sachant parfaitement que ce serait peut-être le seul baiser entre eux, avant de la perdre. Parce que oui, si elle ne se mariait pas avec son fiancé, elle lui en voudrait à vie en apprenant la vérité sur lui. Il se reculait alors, respectant la distance qu'elle lui demandait implicitement. Il la regardait approcher de la fenêtre non sans sourire. Il l'imaginait parfaitement partager cet appartement avec lui. "Oui. Il est vraiment parfait. Et je te remercie pour tout ce que tu fais pour moi mais surtout pour Stuart."
Poussé par la curiosité, Ciaràn allait même jusqu'à ouvrir le frigo, avant d'apercevoir qu'elle l'avait largement rempli pour leur permettre de manger à leur faim cette semaine. Mais ce qui l'avait marqué le plus, c'était sans doute les éclairs en chocolat qu'elle y avait déposé. "Des éclairs ... Bon, sinon tu es vraiment sure de vouloir épouser ton fiancé ?! Tu es sure de ne pas vouloir m'épouser moi ?!" Lâchait il en souriant. Elle était adorable. Il sortit alors une assiette et lui offrit un éclair. " Fais moi plaisir, laisse moi te l'offrir ... Ne me laisse pas culpabiliser de manger ça seul" Lâchait il en souriant d'avantage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com

Admin

avatar


Messages : 256
Date d'inscription : 19/01/2017

MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn Dim 25 Juin - 21:39

J’étais bien contente de ma petite surprise parce qu’apparemment, l’appartement plaisait à Ciaràn. Il avait d’ailleurs un peu de mal à se rendre compte que c’était pour lui ainsi que pour son ami Stuart et je ne pouvais pas lui en vouloir. Je me rendais bien compte que je faisais bien plus pour lui en quelques temps que ce que j’avais fait en plusieurs années pour d’autres mais j’évitais de trop y penser, je ne voulais pas comprendre ce qui sautait pourtant aux yeux. Parce que j’aimais Ethan et je ne voulais pas me retrouver prise au piège entre mon amour pour mon fiancé et une possible attirance pour le jeune homme. Parce que je ne pourrais plus me regarder dans une glace après. Je secouais alors la tête quand le jeune homme ajouta qu’il allait certainement m’inviter à diner bien qu’il ne sache pas spécialement comment me remercier. « Tu n’as pas besoin de me remercier. » J’aurais bien ajouté que cela me faisait plaisir, parce que c’était le cas, mais cela aurait déclenché des questions aussi bien pour le jeune homme que pour moi-même. Et elles auraient été plus que légitimes après tout. Je faillis émettre une objection quand il ajouta qu’il tenait à me rembourser tout ce que j’avais investi dans l’appartement mais je me doutais que cela n’aurait servi à rien. Ciaràn semblait tellement déterminer qu’il aurait été difficile de le faire changer d’avis, voire même impossible. Et puis, je n’eus même pas le temps d’ouvrir la bouche qu’elle se retrouvait scellée par les lèvres du jeune homme. Ma raison me disait de tout stopper, de reculer, que ce n’était pas correct. Mais mon cœur me chantait une toute autre chanson. Les bras autour du cou de Ciaràn, mon corps plaqué entre le sien et le mur de l’entrée, je ne pus que répondre à son baiser. Ma peau était couverte de frisson alors que je me retrouvais dans l’incapacité même de réfléchir. Il y avait bien longtemps qu’un baiser ne m’avait pas mise dans un tel état. J’étais dans de beau drap quand même. Quand le baiser prit fin, je muselais mes pensées, essayant de réfléchir sans penser à ce baiser. Je m’approchais alors de la fenêtre, parlant un peu de tout et de rien. J’entendis soudain la porte du frigo s’ouvrir et je ne pus retenir un sourire. Et oui, j’avais poussé le vice jusqu’à faire des courses pour deux personnes pour toute une semaine. Je me retournais vers le jeune homme quand il remarqua que j’avais même prévu des éclairs pour lui. Je ne pus retenir un sourire à ce qu’il ajouta concernant le fait que j’épousais Ethan et pas lui. Je devais quand même reconnaître une chose: si je n’avais pas été engagé avec mon fiancé, il y avait des chances pour que le jeune homme m’ait plu. Après tout, c’était parfaitement mon type d’homme et le fait qu’il soit dans une telle situation ne me gênait aucunement. Après tout, chacun a la vie qu’il a et on ne devrait pas juger quelqu’un sur son passé. Et il voulait tellement s’en sortir que je ne pouvais qu’être admirative. Il m’offrit alors un éclair et je ne pus que rire tout en hochant la tête. « Mais c’est bien parce que c’est toi. Après, je te laisserais profiter de l’appartement, tu n’auras plus qu’à aller chercher Stuart. » Je m’installais à table avant de mordre à pleine dent dans l’éclair que le jeune homme venait de m’apporter. Il était très bon même si je me doutais que ça ne valait certainement pas celui que le jeune homme avait pu manger au café quelques minutes plus tôt. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas eu la chance de pouvoir manger un éclair. J’étais plus salé que sucré niveau nourriture mais c’était quand même très bon. Mon éclair fut englouti en un temps record et je finis par me lever en soupirant. « Allez, je vais te laisser profiter de ton chez toi. On se revoit bientôt, d’accord? » Je n’avais pas non plus spécialement envie de partir, j’étais bien en compagnie de Ciaràn mais il allait falloir que je rentre à mon loft pour retrouver mon fiancé. Le regarder en face n’allait certainement pas être simple avec le baiser que j’avais échangé avec le jeune homme mais il était hors de question que je lui en parle. Ce n’était qu’un accident qui ne se reproduirait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum-test-soko.forumactif.com



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nice to see you again • Ciaràn

Revenir en haut Aller en bas
Nice to see you again • Ciaràn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [E11] J5 Nice - Rhône-Alpes
» [ED11] [Inscriptions J5] Nice - Rhône-Alpes, le 26/01
» U2 à Nice le 15/07/2009
» Nouveau joueur sur Nice
» [ED.13] Inscriptions J2 Nice - Midi-Pyrénées, le 17/08

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum test Soko :: Votre 1ère catégorie :: Sauvetage All we Do-
Sauter vers: